Introduction général

         Au Maroc, le tourisme représente, avec les revenus des marocains résidants à l’étranger, la principale source de devises. Cependant, ce secteur n’exploite qu’une partie des ressources disponibles. Il se traduit par une faible croissance . Par rapport aux autres pays méditerranéens (qui accueille, de 130 à 140 millions de touristes), trois de ces pays sont parmi les quatre premiers pays touristiques du monde. Cela veut dire que la méditerranée et la première destination touristique du monde.  La rive Nord de la Méditerranée, pour des raisons historiques, culturelles, géographiques et économiques « détourne» la presque totalité de ce flux (90%) . De ce fait les pays du sud de la méditerranée ne récupèrent que 6 à 7% et le proche orient, récupère le reste (HILLALI.1994). Le Maroc, comme tous les pays sud méditerranéens, est obligé de diversifier, dynamiser et renforcer le secteur touristique, pour cela le gouvernement a signé l’accord-cadre en 2001. Le tourisme écologique était déjà initié  par une  coopération franco-marocaine, qui a financé un projet de développement du tourisme de montagne dans le Haut Atlas Centrale (PHAC) . Il a permis au tourisme écologique de se développer au Maroc et en particulier dans le Haut Atlas Central et l’Anti-Atlas. Le Rif et surtout le Rif occidental n’a bénéficié de cette opportunité qu’en 1996. Malgré  les potentialités touristiques importantes (patrimoine historique, socioculturel et géographique) que possède particulièrement la province de Chefchaouen, ces potentialités restent non exploitées  par manque d’infrastructures de base ( réseaux routiers, hôtels, …).

2 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×