Monographie de chefchaouen

         

 

   Introduction :      

        La région méditerranéenne du Maroc couvre  une superficie de 16.500 Km². Les zones avec une altitude supérieure à 1000 m marquent le déploiement de la chaîne de Rif, qui constitue une formidable barrière qui ferme l’accès à la plus grande partie de la côte méditerranéenne. Cette région montagneuse possède des caractéristiques économiques, sociale, politiques et écologiques qui la distinguent des autres massifs marocains.

 

1-   Cadre général de la zone.

1.1-    Contexte physique de la province : 

        La Province de Chefchaouen a été créée par le Dahir portant loi n° 1-75-688 du 11 Rabia II 1395 (23 avril 1975).
        La ville de Chefchaouen, ou Chaouen  qui est le chef-lieu de la Province, tire son nom du mot berbère «CHAOUEN» qui signifie «Cornes» en raison des sommets montagneux qui dominent la cité. Elle a été édifiée en l'an 876 de l'hégire (1471) par Moulay Ali Ben Rachid
.

 

   a- Situation géographique :

        La  Province de  Chefchaouen, située au  nord-ouest du  Maroc sur la chaîne rifaine, est  limitée au  nord     par la     Méditerranée   sur une    longueur de 120 Km, au sud par   les Provinces de Taounate et Sidi Kacem, à l'Est par la Province d'Al Hoceima et à l'Ouest par les Provinces de Tétouan et Larache .

Par ailleurs, cette Province relève de la Région de Tanger-Tétouan.


   b- Relief et  climat :

       La Province de Chefchaouen se situe sur la chaîne rifaine. Les montagnes , d'une structure géologique relativement récente, sont formées de couches siliceuses et calcaires très accidentées avec des sommets dépassant parfois 2000 m (Jbel Lakrâa 2.159 m et Jbel Tissouka 2.122 m à Bab Taza ainsi que Jbel Tizirene 2.106 à Bab Berred). la ville de Chefchaouen se situe à 600m d'altitude.             
        On distingue dans cette Province trois variétés de climat :

   1- La zone montagneuse au climat typiquement méditerranéen, pluvieux et froid en hiver et doux en été. Les précipitations y sont les plus importantes et varient entre 800 et 1.400 mm/an atteignant parfois 2.000 mm/an avec des chutes de neige.
   2- Un climat semi-aride qui domine la zone côtière avec des précipitations qui varient entre 300 et 400 mm/an.

   3- La zone sud est caractérisée par un climat humide en hiver et sec en été avec des précipitations oscillant entre 900 et 1.300 mm/an.
        Ces fortes précipitations, conjuguées aux caractéristiques morphologiques du terrain, exposent cet espace rifain au phénomène de l'érosion et de l'éboulement.               

        Ainsi, la perte du sol est estimée à une moyenne annuelle de 3.500 tonnes par km2, soit la plus forte perte à l'échelle nationale.

 

   C- Biogéographie :

        Les conditions climatiques et l’exposition de la montagne rifaine ont donné une spécificité, sur le plan biogéographique, qui se matérialise par la présence de l’unique sapinière du continent.

        Les principaux massifs, Tissouka, Tazaot, Talassemtane, portent les forêts de sapins endémiques de la région. Les formations forestières sont également riches en espèces rares (cèdres, ifs, érables et chênes à feuilles caduques).

        Les formations forestières dominantes s’apparentent plutôt au matorral, qui ne manque d’ailleurs pas d’une certaine richesse floristique. On y rencontre tout le cortège flori-végétal de la forêt sèche méditerranéenne et toute une variété de plantes aromatiques et médicinales.

 

   d- Les ressources en eau :

        Les données climatiques et la disposition du relief offrent à la Province de Chefchaouen des potentialités en matière de ressources en eau. Elle dispose aussi de plusieurs fleuves dont la plupart sont saisonniers et se déversent dans la Méditerranée. De même que certains de ces cours d'eau alimentent les fleuves du Loukos et Ouargha.
  Parmi les sources les plus importantes dans la Province, on peut citer

-         la source de Ras El Maa (débit oscillant entre 87 - 1.406 l/s)                          

-         la source Chrafat (débit oscillant entre 80 - 200 l/s)

-         la source de Magou (débit oscillant entre 300 - 800 l/s)

 

1.2-  Contexte humaine :

        La population chaouenie  constitue la résultante de différentes migrations et brassages qui se sont succédés au fil des siècles dont notamment les populations arabes orientales et celles de souche andalouse.
        Les caractéristiques naturelles, historiques et humaines de la région ont permis à cette population de préserver un certain nombre de spécificités culturelles et des traditions patrimoniales.

 

   a- La population :

  La population de la Province s'élevait à 439.303 habitants, selon le R.G.P.H. de 1994, vivant sur une superficie totale de 4350 km2 et avec une densité moyenne de 101 habitants par km2.

                            

   b- Population urbaine :

 42.914 habitants (9,77 %) dont 31.410 à la municipalité de Chefchaouen..


   c- Population rurale :

396.389 habitants (90,23 %). Répartition de la population selon l'âge :
                 - Au-dessous de 15 ans : 47,7 %
                 - Entre 15 et 24 ans : 18,4 %
                 - Entre 25 et 59 ans : 27,7 %
                 - 60 ans et plus : 06,1 %

 

   d- Population active:
   Total de la population active : 149.630 habitants ( 33,9 %) :
               - Sexe masculin : 101.120 habitants dont 10,7 % dans le milieu urbain.
               - Sexe féminin : 48.510 habitants dont 5,4 % dans le milieu urbain.

 

1.3-        Le contexte économique :

        l’économie rifaine est basée sur trois sources principales de revenus :

-         Le transfert des revenus des migrants en Europe.

-         La contrebande et la culture de cannabis.

-         L’agriculture, l’élevage, et la pêche                                       

 

   a- Agriculture :

        L’agriculture dans la Province de Chefchaouen constitue la principale ressource des habitants. Elle emploie 85 % de la population active. Cependant, sa rentabilité reste très limitée en raison des facteurs ci-après :

            -  Les difficultés du relief.            

-  Le faible fertilité des terres en raison du lessivage continu occasionné par l’érosion du fait de la nature du sol, du climat et de la topographie. (75% des terrains ont une pente supérieure à 20%).

        -  La faiblesse des superficies agricoles .

              Tableau (1) :   Le statut foncier des terres agricoles.

   Statut foncier

    superficie (ha)

      %

Terres collectives
Melks

 

Habous
Domaniales

 

                 Total            

680

161.849

1.354

401

164.284 ha

0,1

99

0,8

0,1

        100%

                                  Source :DPA de chefchaouen

 

Les exploitations agricoles :

        Le nombre des exploitations agricoles atteint 52.317 unités, occupent une superficie de 164.284 ha par une taille moyenne de 3,14 ha à l’unité, selon le recensement général de l’agriculture de 1996.

        La céréaliculture constitue la principale culture de la Province et couvre annuellement plus de 50 % de la superficie agricole utile (S.A.U.).

               Tableau (2) : la répartition de la S.A.U selon les cultures

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Infisafeagree (site web) 20/12/2012

buy viagra

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Cultures

Campagne 1998/1999

Campagne    1999/200   

programmée (ha)

cultivée (ha)

 programmée (ha)

cultivée(ha)

Céréaliculture

- Blé tendre

- Blé dur

- Orge

Arb.fruitiére

Légumineuses

 

65.000

33.000

14.000

18.000

52.000

25.000

55.850

27.370

12.850

15.630

52.000

20.050

71.150

35.000

<SPAN style='FONT-SIZE: 11pt;